#18 – Le creux de la vague…

"Je ne sais pas ce qui est possible ou non, alors je décide d'agir comme si tout était possible"

Cela fait un peu plus d’un mois maintenant qu’on a ouvert la boutique, notre inauguration est prévue pour ce week-end, c’est encore un peu calme pour le moment mais tout roule comme sur des roulettes… 

Tout, ou presque en fait… Tu sais, il y a toujours ce sentiment qui reste dans un coin de toi, quand tu as mené à bien un projet, que la phase de recherche et préparation est finie et que ton oeuf a éclos. Un espèce de creux de la vague pendant lequel tu te remets en question, parce que les mois de travail ont abouti et qu’il ne reste plus rien, ou presque, à faire…

En haut... en bas... à gauche... à droite...

Lorsque tu lances un projet ou que tu fais une grande avancée, tu rentres, souvent, dans un état d’excitation intense qui est, parfois, suivi d’une période complètement down. Si c’est pas le cas, tu as bien de la chance, crois-moi !

Il se peut même que tu sois complètement perdu.e, parce que tu ne sais pas quoi faire d’autre. Et c’est normal, tu as dévoué une certaine période de ta vie à un seul et même objectif qui s’est réalisé. Clap de fin, qu’est-ce qu’on fait après ?

L’humain.e est une créature active. On a tou.te.s plus ou moins besoin de bosser sur un projet ou de poursuivre un but. D’autant que la société actuelle nous pousse tous les jours à dépasser nos limites, sortir de notre zone de confort, et j’en passe… Mais, crois-mois, il n’y a rien de mal à passer une journée, une semaine, un mois, ou plus, à juste exister dans la matière, sans avoir de plan, juste en étant.

Et si cette petite, souvent courte, accalmie dans laquelle nous tombons entre deux idées/projets/objectifs (barre les mentions inutiles), peut avoir l’air de rendre ta vie vide, en réalité elle permet de prendre une vraie pause. Parce que, après avoir atteint un objectif, tu voudras probablement passer immédiatement au suivant. Mais si ta prochaine étape n’est pas claire, tu risques de te sentir frustré.e, déconnecté.e ou même de subir une légère déprime. Pour calmer ces pensées angoissantes, tu peux te dire que, si tu as pour intention ta croissance personnelle, tu continueras à grandir en tant qu’individu, que tu t’efforces ou non d’atteindre un objectif spécifique.

Passer du temps à simplement profiter des plaisirs de la vie peut être une expérience cathartique qui te donne le temps dont tu as besoin pour réfléchir à ce que tu as récemment vécu et contempler tranquillement ce que tu souhaites faire ensuite. Tu peux également constater qu’en étant, simplement, et en passant par les mouvements de la vie quotidienne, tu te reconnectes à tes priorités d’une manière très organique et non forcée. Comme pendant le confinement, finalement (si tu n’as pas bossé et que tu as mis ta vie entre parenthèses).

Une pause de transition consciente peut prendre plusieurs formes. Pour certain.e.s, ce peut être une période de réflexion qui les aide à comprendre comment les derniers jours/mois/années de leur vie se sont déroulés. Pour d’autres, il peut s’agir d’une période d’ajustement, où de nouvelles valeurs basées sur des changements récents sont intégrées dans la vie quotidienne. Ce n’est pas parce que tu ne te diriges pas rapidement vers une destination finale que tu dois supposer que tu as perdu ton chemin. L’étape entre les voyages peut devenir une merveilleuse période de détente te préparant au chemin qui te sera bientôt révélé.

Le rituel

C’est déjà la nouvelle lune de septembre, et je te propose un petit rituel tout simple pour te connecter à ses énergies.

La potion

Bientôt l’automne, et quoi de mieux qu’une bonne tisane pour se nettoyer de l’intérieur avant d’affronter (enfin) les saisons froides