Les rituels longs et chiants ça m’a toujours saoulée. Genre, dans tout un tas de livre on trouve des rituels, souvent liés aux sabbats, qui durent des heures et des heures, ou tout au contraire, de mini-rituels où on brûle un bout de papier, et paf, c’est fini. J’me suis jamais retrouvée dans les rituels des livres, même si parfois j’y pioche des idées, et puis surtout, j’aime pas qu’on me dise ce que je dois faire.

Et puis aussi, on va pas se mentir, la plupart des livres actuellement sur le marché de la sorcellerie (et consorts), sont des traductions de bouquins d’outre-Atlantique, du coup, pour beaucoup, on a pas vraiment les ingrédients dans le coin. Et ça c’est relou. D’autant qu’on peut très bien faire un rituel sans ingrédient ni outil ! Bah ouais.

Le rituel fait partie intégrante de la culture magique ou religieuse, tu en trouveras dans n’importe quelle croyance ou religion. Il a rythmé nos vies depuis la nuit des temps, si bien qu’il a été transposé à la vie quotidienne : rituel du matin, rituel du soir, rituel de beauté…

Préparer un rituel

A mon avis (et c’est bien que mon avis, hein) quand on veut se créer un rituel qui nous est propre, il convient d’abord de bien le préparer. Et en bonne mania de l’organisation, quand je veux préparer quelque chose, je suis la méthode QQOQCCP aka Qui? Quoi? Où? Quand? Comment? Combien? Pourquoi? Sauf que là, j’ai un peu refait à ma sauce, puisque le plus important ici est le Pourquoi, qui prend donc la tête de liste :

  • Pourquoi : Avant tout, poser son intention, ou son objectif pour ce rituel. Que souhaites-tu faire avec ce rituel ?
  • Qui : qui va participer ? Seul ? plusieurs personnes ? quel sera le rôle de chacun.e ?
  • Quoi : quel genre de rituel ? les tenants et aboutissants de la chose
  • : en intérieur ou extérieur ? Chez qui ? 
  • Quand : se baser sur les jours de la semaine, les cycles de la lune, les saisons, les placements astrologiques, …
  • Comment : en pratique, comment on va gérer ça ? quel matériel ? quel ordre ? qu’est-ce que tu vas faire concrètement, étape par étape ?
  • Combien : combien de temps ?

Si ça te dit pour préparer tout ça, je t’ai créé une petite fiche rituel que tu peux télécharger ici.

Et puis perso, quand je fais ma préparation en amont, je rassemble tout le matériel et les ingrédients dont j’ai besoin dans un panier comme ça je ne manque de rien. Surtout si je vais le faire en extérieur. Et puis si jamais tu oublies quelque chose, c’est pas grave, ton rituel n’en sera pas moins bien.

Juste avant le rituel

La question de la purification : on dit qu’il faut se purifier avant de pratiquer un rituel, se purifier de qui ? de quoi ? pourquoi ? qui a décidé ça ? Moi je ne suis pas pour cette idée de purification à tout va, ça implique qu’on est impurs et je trouve ça problématique à bien des niveaux. Du coup fais à ton idée, à tes croyances ou à ton image.

Perso, je ne parlerais pas de purification, mais plutôt de se délester. Se délester du quotidien, de ses pensées envahissantes, des autres, et globalement de tout ce qui peut encombrer le corps, le coeur, l’esprit. Pour ça, deux options :

  • libérer le mental et l’émotionnel avant de pratiquer. Par exemple en faisant une liste de tout ce qui est à faire, de ce qui te tracasse, et en la mettant de côté pour la reprendre une fois le rituel terminé. Ça vide le cerveau pour un petit moment.
  • libérer le physique en enfilant une tenue confortable, en prenant une douche ou un bain chaud, en se lavant les mains, en rangeant un peu son autel, son lieu de célébration, etc…

Et je vais dire pareil pour la purification de son environnement. Moi j’en suis carrément pas adepte, mais fais comme tu veux avec ce que tu veux. Point éthique : utilise ce qu’il y a autour de toi. Sauge verte, thym, romarin, laurier… Ça implique qu’on laisse tomber le Palo santo et autres sauges blanche/rouge/etc… qui viennent de l’autre bout du monde. Je considère que ce qui n’est pas près de nous n’est pas nécessaire à notre pratique (tu crois qu’elles faisaient comment les sorcières au Moyen-âge ?)

Divinités ou pas ?

On m’a déjà posé la question de savoir si on pouvait/devait inviter des divinités et/ou ancêtres pour un rituel. Ma réponse est qu’il n’y a rien d’obligatoire, et que tu peux faire comme bon te semble. Pose-toi tout de même la question de ce que tu attends de ces invités spéciaux et/ou de ce que tu peux leur apporter. A moins qu’il ne s’agisse d’un rituel en l’honneur de telle divinité ou tel.le ancêtre ?

Si jamais le sujet des divinités t’intéresse, je t’en parle dans cet article du blog.

Bon je pense qu’avec tout ça, tu es plutôt pas mal prêt.e à créer ton/tes rituel.s, et si ça te dit de les partager en commentaires, help yourself !